Aujourd'hui je me souviens...

Mis à jour : nov. 13

12 novembre 2020, je suis sur un petit nuage, mon petit-fils est né le 10 et je vis, je respire et je vibre la joie d'être grand-mère pour la cinquième fois. Je vis, je respire et je vibre cette joie comme pour la première fois, le 20 juin 2008, puis la seconde, le 11 octobre 2012, la troisième, le 5 juin 2017 et la quatrième, le 21 juin 2019.

Je vis, je respire et je vibre cette joie d'être grand-mère. Je ne touche plus terre, une petite âme est venue rejoindre notre tribu, un bonheur absolu. Je vis, je respire et je vibre cette naissance et me remémore toutes ces dates importantes, ces dates de naissances. Tous ces souvenirs merveilleux m'enivrent et me remplissent de bonheurs délicieux, doux et amoureux, je suis amoureuse de ma vie, amoureuse de l'existence, amoureuse du monde, de Mon Monde, celui qui me berce, celui qui me prend dans ses bras, celui qui comme un parent me protège et me gronde parfois, sans oublier pour autant de m'apporter toute la compréhension et l'acceptation du monde extérieur au mien, du monde qui m'entoure. Aujourd'hui, 12 novembre 2020 je flotte, je vole et je suis!!


Et c'est aujourd'hui, 12 novembre 2020 qu'en allumant la boîte à images, cette boîte si présente dans nos vies que nous pourrions lui donner un prénom. Qui sait, je ne serais pas surprise qu'elle ait un dans grands nombre de foyers. Cette boîte à images, peut-elle nous emporter et nous faire voyager dans des mondes magiques et parfois utopiques ? Non, certainement pas. L'utopie est la croyance des faux semblants, celle qui nous gouverne, celle qui nous fait y croire afin de nous empêcher de prendre notre envol, notre liberté, notre liberté de penser...

C'est en allumant la boîte à images que j'entends un journaliste poser la question suivante, en référence à des évènements douloureux: "pourquoi on oublie ?"

Nous oublions par protection, afin d'aller de l'avant, afin de continuer à vivre et non survivre. Nous oublions nos douleurs et nos souffrances à l'image d'une mère, qui après de longues heures donne la vie et qui retient de ce jour-là le bonheur de cet instant où elle tint son enfant dans ses bras.

Oui Monsieur, nous oublions, nous oublions car la nature est ainsi faite, si parfaite que le contraire en serait souffrant. Nous oublions pour soigner nos blessures et panser nos tourments, nous oublions par amour de la vie et de l'instant présent, nous oublions, non sans désinvolture, mais avec tout le respect que nous nous devons, que nous devons à nos corps, nos âmes, car la vie est ainsi faite, la vie est par faite. Nous oublions pour pouvoir avoir d'autres enfants, nous oublions pour vivre et non survivre, nous oublions tout simplement, naturellement, voici ma réponse à votre question.

Bien entendu, la boîte à images elle, refuse d'oublier les malheurs, les souffrances et les douleurs, les cris et les appels au secours, la boîte à images vous glisse tout cela comme du velours.


Aujourd'hui, je m'autorise le souvenir de ce 13 novembre 2015. Je m'autorise le soleil si brillant de cette journée d'automne, le repas partagé entre amis, les rires et les blagues de cette soirée de match, la table si soigneusement apprêtée, le repas délicieusement préparé et les visages heureux de mes amis, de ma famille. Oui, aujourd'hui je choisis de garder en ma mémoire toute la magie de la vie, de ma vie et je choisis de vivre chaque jour avec mes souvenirs joyeux, mes souvenirs heureux, car ce sont ces souvenirs qui font de mon Monde un monde radieux.

D'Âme à Âme, Nicole


30 vues

En poursuivant la navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des services et des offres adaptés à vos centres d’intérêt et la politique de confidentialité de Wix. Cliquez sur les liens pour plus d'infos.

Pour consulter les conditions de vente du site (CGV)  et les informations RGPD, cliquez ici ou sur l'onglet "Contact".

​© 2018 par Nicole Baptista. Créé avec Wix.com